Mais où en sont les pensions complémentaires? Quelques statistiques

Grâce à la base de données 2ème pilier “DB2P”, les travailleurs ont accès à des informations très complètes sur leurs pensions complémentaires en se connectant à mypension.be.

Cette base de données permet aussi à la FSMA, autorité de contrôle, d’opérer des contrôle mais également de voir quelle est l’évolution des pensions complémentaires en Belgique.

Elle a ainsi édité un rapport sur la situation des pensions complémentaires au 1er janvier 2018, basé sur les informations enregistrées dans DB2P au plus tard le 30 septembre 2018 par les organismes de pension (assureurs et fonds de pension). Qu’en retenir?

24 entreprises d’assurances et 179 fonds de pension géraient au 1er janvier 2018 quelques 80,3 milliards de réserves acquises de 3,679 millions de personnes, parmi lesquelles 85% de salariés, 10% d’indépendants et 5% cumulant les deux statuts.

Ceci représente 75% de la population active totale. 60% de ces affiliés sont des hommes, ce qui n’est en soi pas surprenant quand on sait que 54% de la population active totale est masculine. Par contre, la pension complémentaire constituée pour les hommes est bien plus élevée que celle constituée pour les femmes: pour la catégorie des 55-64 ans, la réserve acquise moyenne des hommes (67.656 EUR) est le double de celle des femmes (32.172 EUR).

En ce qui concerne les salariés, une autre donnée est particulièrement frappante: plus de 2 millions de salariés bénéficient d’un plan de pension instauré par un secteur d’activité, contre près de 1,8 millions d’affiliés à un plan de pension d’entreprise. Ainsi 50 secteurs ont instauré 69 plans sectoriels. Par contre, les réserves acquises des plans sectoriels ne s’élèvent “que” à 4,3 milliards d’euros contre 46,4 milliards pour les plans d’entreprise. Donc la réserve acquise moyenne d’un affilié à un plan sectoriel est de 2.128 EUR, comparé à la réserve moyenne d’un affilié à un plan d’entreprise, qui elle s’élève à 25.868 EUR. La majorité des salariés relèvent donc d’un plan sectoriel… mais pour un montant bien plus faible que dans les plans d’entreprise.

Le rapport confirme que les plans de type “contributions définies” ont le vent en poupe: ils représentent 73% des affiliations, contre à peine 6% pour les plans de type “prestations définies”.  Par contre, ces derniers sont bien plus “riches” puisque leurs réserves acquises représentent 38% contre 57% pour les plans “contributions définies”.

L’ensemble de ces chiffres devrait encore fortement évoluer en 2019, principalement en raison du développement des pensions complémentaires par les employeurs publics au profit de leur personnel contractuel, et l’instauration de la pension complémentaire libre pour indépendants personnes physiques d’une part et pour salariés d’autre part.

Donc, affaire certainement à suivre!